Ne réparez jamais un instrument rotatif

La durée de vie d’un produit, quel qu’il soit, est celle de son composant le plus fragile.

Pour les turbines et contre angles, ces pièces fragiles sont nombreuses : rotor, micro-mécanismes, joints… qui sont mises à rudes épreuves avec les stérilisations pluri-quotidiennes, les chocs, le manque (ou le trop) de lubrifiants…

 

Mais la panne (+ le temps d’immobilisation + le cout de la réparation + s’en occuper) n’est pas la conséquence qui a le plus d’importance.

 

Pire que la panne, il y a la baisse progressive et insensible de performance qui va :

  • – baisser la qualité de vos préparations
  • – augmenter le temps de vos interventions
  • – diminuer votre confort de travail
  • – refouler huile et débris dans la bouche de votre patient
  • – augmenter les nuisances sonores
  • – etc

 

Ne conservez pas vos instruments rotatifs au-delà des 1 000 heures d’utilisation effective pour lesquelles ils sont (tous) conçus.

 

Trop cher ?

Oui !

C’est pourquoi il faut s’équiper d’instruments rotatifs à très faible prix (et à qualité égale du composant le plus fragile) ;

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire